Philippe-Rahm-sur-webSYNradio-10-17-juin

2009 octobre 2
Par Dominique BALAŸ

Accéder aux articles de → Sonore, Textes, webSYNradio / Dominique Balaÿ

PHILIPPE RAHM

LA DISSOCIATION DU RÉEL

1/
Gérard Grisey, Partiels
2/
Tristan Murail, Désintégration
3/
Giacinto Scelsi, Ohoi
4/
Anton Webern, Cinq pièces Op. 10
5/
Iannis Xenakis, Metastasis
6/
György Ligeti, Atmosphères
7/
Hugues Dufourt, Le Déluge (D’après Poussin)

——
ECOUTER

Premières écoutes : Jeudi 10 juin à 12h,18h, minuit, 6H puis jusqu’au 17 juin mêmes horaires

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ecouter la playliste de Philippe Rahm sur votre lecteur

podcast mini Philippe Rahm sur webSYNradio 10 17 juinS’abonner au podcast

prahm websynradio fr600 Philippe Rahm sur webSYNradio 10 17 juin

——
La dissociation du réel
Par Philippe Rahm

Avec « La dissociation des idées », paru en 1899, l’écrivain français Remy de Gourmont tente de formuler un processus de renouvellement des idées qui passe nécessairement par un premier moment d’effondrement des « lieux communs ». « Il y a deux manières de penser : ou accepter telles qu’elles sont en usage les idées et les associations d’idées, ou se livrer, pour son compte personnel, à de nouvelles associations et, ce qui est plus rare, à d’originales dissociations d’idées ». Il continue plus loin en expliquant qu’« il s’agit ou d’imaginer des rapports nouveaux entre les vieilles idées, les vieilles images, ou de séparer les vieilles idées, les vieilles images unies par la tradition, de les considérer une à une, quitte à les remanier et à ordonner une infinité de couples nouveaux qu’une nouvelle opération désunira encore, jusqu’à la formation toujours équivoque et fragile de nouveaux liens. » Et de donner des exemples des dissociations ou d’associations nouvelles telles que : « genou du câble », la « gueule du canon » par exemple. Cette méthode dissociative, Remy de Gourmont la compare à l’analyse en chimie : « L’analyse chimique ne conteste ni l’existence ni les qualités du corps qu’elle dissocie en divers éléments, souvent dissociables à leur tour ; elle se borne à libérer ces éléments et à offrir à la synthèse qui, en variant les proportions, en appelant des éléments nouveaux, obtiendra, si cela lui plaît, des corps entièrement différents. »

hormonorium rahm websynradio 300x146 Philippe Rahm sur webSYNradio 10 17 juin

Le réel forme un bloc au départ et il est difficile a priori de savoir ce qui relève dans ce tout du nécessaire ou du superflu, de ce qui doit être là, et pour quelle raison, de ce qui est là par habitude, parce qu’il y a été associé un jour, peut-être même par hasard et que personne depuis ne l’a remis en question. Le paysage comme la ville ou l’architecture constituent aussi des ensembles, des touts comme des agrégats d’éléments qui, pour certains, n’ont peut-être aucune raison d’être, ne servent plus à rien, voir même n’ont jamais servi à rien. Ces blocs de réalité forment des images, des « lieux communs », des visages porteurs d’une mémoire collective et d’une identité partagée, faite de symboles, de traditions et d’habitudes dont on a souvent perdu le sens initial, la véritable raison d’être et la nécessité. Ces blocs, à la manière de la gestalt, forment des ensembles qui se refusent, il est dit, à la division en éléments, qui se refusent à l’analyse et à la critique. C’est d’ailleurs contre l’ « atomisme » et l’ « élémentarisme » comme théories de la perception que se constitua le mouvement de la Gestalt au début du 20ème siècle, contre finalement ces dissociations des idées et des formes apparues au 19ème siècle, d’abord dans les sciences, puis dans les arts, dans la littérature, dans la peinture. À la décomposition, à la dissociation comme méthode d’analyse « chimique » du tout, la Gestalt oppose une vision holistique en déclarant que « le tout est différent et n’est pas réductible à la somme de ses parties ».
En réévaluant mon travail aujourd’hui, je m’aperçois que je suis en totale antinomie avec cette vision gestaltiste des phénomènes, de leurs perceptions et de leurs productions. Je crois au contraire, avec Remy de Gourmont, mais aussi avec de nombreux autres moments d’invention des siècles précédents, à la décomposition, à la dissociation du tout en éléments pour ensuite le recomposer, le synthétiser, mais avec un certain nombre de ses éléments seulement (pas forcément tous), selon d’autres hiérarchies. Je pense au contraire de la Gestalt que les parties isolées sont plus intéressantes que le tout. Et la recomposition ou la « position » comme le dira plus tard le compositeur français Tristan Murail, dessine alors une forme nouvelle, prend une autre apparence, inattendue et insolite au premier regard, mais rendue à son essence et à la nécessité. Dissocier le réel, décomposer les lieux communs pour recomposer autrement, dans un ordre différents, sont des moments obligés de la réformation et de l’évolution des formes en même temps que celles de la société et des techniques. « L’imagination est l’analyse, elle est la synthèse… elle décompose toute la création, et, avec les matériaux amassés et disposés suivant des règles dont on ne peut trouver l’origine que dans le plus profond de l’âme, elle crée un monde nouveau, elle produit la sensation du neuf » (Baudelaire, Salon de 1859, in Au-delà du romantisme. Ecrits sur l’art).

thenewolduvaigorges601 300x225 Philippe Rahm sur webSYNradio 10 17 juin

L’Hormonorium, la Plage d’hiver, Diurnisme, le Gulf stream digestible ou les nouvelles gorges d’Olduvai sont ainsi très littéralement des dissociations électromagnétiques, biologiques et chimiques de paysages naturels, celui de la montagne, de la nuit, de la plage, du climat atlantique et des zones subsahariennes, recomposés ensuite en en gardant que deux ou trois éléments fondamentaux et nécessaires.

diurnisme6002 300x200 Philippe Rahm sur webSYNradio 10 17 juin

Analyse et dissociation du réel, plongée dans l’ infiniment petit et décomposition du tout en quelques éléments chimiques et électromagnétiques, production d’une nouvelle synthèse, sont ainsi les moments par lesquels je passe dans la production d’un projet. Comme Baudelaire, Marcel Schwob voulait procéder par synthèse, mais une synthèse libre, accusant le roman naturaliste et le roman analyste de parler synthèse mais de ne pas savoir en faire. Remy de Gourmont reprend ce terme de synthèse dans son essai sur la dissociation des idées, terme qui sera ensuite employé par le compositeur français Gérard Grisey dans son texte fondateur de 1979 « A propos de la synthèse instrumentale » dans lequel il propose d’abandonner le macrophonique pour le microphonique, d’explorer l’intérieur même du son, de voyager au cœur de ses spectres ; ce qui deviendra le programme de la musique dite « spectrale ». Dans un article consacré au compositeur romain Giancinto Scelsi, l’autre inventeur de la musique spectrale, Tristan Murail, en explique très clairement le processus : « On ne va plus com-poser (juxtaposer, superposer), mais dé-composer, voire tout simplement, poser le son. Décomposer le son dans son spectre et non plus composer les sons entre eux, c’est bien ainsi que l’on définit le point de départ de la méthode de composition maintenant appelée spectrale.» Et d’évoquer sa propre œuvre de 1983, Désintégrations dans laquelle il désintègre d’abord les sons instrumentaux, les réduit à leurs composantes essentielles, pour ensuite, éventuellement, les recomposer, ou plutôt pour synthétiser à partir de ces éléments des agrégats nouveaux.

rahm websynradio 600 300x200 Philippe Rahm sur webSYNradio 10 17 juin

Je partage totalement ce programme énoncé par Tristan Murail et dans ce sens, mon architecture pourrait être qualifiée de spectrale ou de synthèse spatiale, dans laquelle l’espace est entièrement décomposé en particules élémentaires, en longueurs d’onde, en taux d’humidité, en intensité lumineuses et en coefficient de transmission thermique pour être ensuite synthétisé en une nouvelle forme, plus essentielle et plus contemporaine. Mais l’intérêt que je porte à la décomposition du réel et à la synthèse de deux ou trois éléments chimiques et électromagnétiques qui le composent, ne relève pas uniquement d’un projet esthétique. Plus profondément, il me semble être un processus nécessaire dans la réévaluation des raisons fondamentales historiques, sous-jacentes, souvent masquées, qui ont généré le paysage humain, provoqué une certaine d’architecture, un type d’urbanisation, une manière d’aménager le territoire. C’est ensuite une méthode permettant de repenser l’architecture et l’urbanisme en dehors de tout lieu commun, cliché et pittoresque jusqu’à atteindre une certaine forme de vérité, d’économie et de beauté.

Liens internet :

hormonorium: http://www.philipperahm.com/data/projects/hormonorium/index-f.html
plage d’hiver: http://www.philipperahm.com/data/projects/winterbeach/index-f.html
diurnisme: http://www.philipperahm.com/data/projects/diurnisme/index-f.html
gulf stream digestible: http://www.philipperahm.com/data/projects/digestiblegulfstream/index-f.html
Les nouvelles gorges d’Olduvai: http://www.philipperahm.com/data/projects/newolduvaigorges/index-f.html

——
ELEMENTS

Philippe Rahm (né en 1967) est architecte et diplômé de l’école Polytechnique de Lausanne en 1993. Il travaille actuellement à Paris et à Lausanne. En 2008, il est l’un des vingt architectes internationaux sélectionnés par Aaron Betsky pour la 11ème Biennale d’Architecture de Venise. En 2002, il représentait la Suisse à la 8ème Biennale d’architecture de Venise. En 2007, une exposition personnelle lui était consacrée au Centre Canadien d’Architecture de Montréal. En 2009, il est nominé au prix Ordos en Chine et était en 2008 l’un des architectes classé dans le top ten du prix international Chernikov. Il a participé à un grand nombre d’expositions (Archilab 2000, SF-MoMA 2001, Musée d’art moderne de la ville de Paris 2001, CCA Kitakyushu, Japon 2004, Mori art museum, Japon 2005, Frac centre, Orléans 2005, Centre Pompidou, Beaubourg 2003, 2005 et 2007, Kunsthaus Graz Autriche 2006, Manifesta 7, 2008, Louisiana museum, Danemark) et a donné des conférences sur son travail dans de nombreuses université dont Princeton, Harvard, Cooper Union et UCLA. Philippe Rahm a été résident de la Villa Medicis à Rome en 2000. Il travaille actuellement à plusieurs projets architecturaux privés et publics en France, Pologne, Italie et en Allemagne et a réalisé en 2009 la scénographie de « la Force de l’art 02 » au Grand-Palais à Paris. Il a été Diploma Unit Master à la AA School de Londres en 2005-2006, professeur invité à l’Académie d’Architecture de Mendrisio en Suisse en 2004-2005 à l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) en 2006-2007, directeur de Master à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais en 2008. Il est actuellement professeur invité à l’école d’architecture de la Royal Danish Academy of Fine-Arts à Copenhague. Il est l’auteur du livre « architecture météorologique », récemment paru en France.

http://www.philipperahm.com

Laisser une réponse

Note: Vous pouvez utiliser XHTML basic dans votre commentaire. Votre adresse courriel ne sera jamais publiée.

Vous abonner à ce fil de commentaires via RSS

Current day month ye@r *