La poésie qui vient / Philippe Beck

2009 octobre 15
Par Philippe BECK

Accéder aux articles de → La poésie qui vient / Philippe Beck

Des poèmes d’aujourd’hui apparaissent et s’inscrivent ici, définis par un vœu d’être de la chose et du nom de poésie, repoésie, postpoésie, ou tout ce qu’on voudra, qui se rapporte à l’idée de la poésie. Il m’arrive de le dire et souligner depuis plus de dix ans : « l’idée de la poésie, c’est la poésie. »

La poésie qui vient, c’est la poésie qui continue de venir, sans jamais être arrivée jusqu’ici. Arrivée à quoi, parvenue à quelle rive inconnue, à quel Yucatan? Yucatan est le rivage qui dit « Hein? » ; il interroge qui vient là – qui lit et écrit parce qu’il a lu, a vu des lignes de sol. Ce qui vient, c’est toujours le présent incomplet appelé passé, c’est-à-dire passé vivant. Il n’y a de passé que vivant, condition de la garde qui avance. Le passé garde les forces en avant. Les poèmes neufs avancent le dos tourné à l’avenir. Le vent de l’avenir espéré empêche l’avancée de front. Poème ne signifie pas espoir. Il signifie avertissement, diversement.

Philippe Beck

.

+ la poésie qui vient

Les commentaires sont fermés.