Mail de réminiscences / Pierre Lambla

2010 octobre 15
Par Droit de Cités

Accéder aux articles de → 04 / L'Oreille, DOSSIERS

vienne Mail de réminiscences / Pierre Lambla

deux trois pistes assez ciblées dont je me souviens – et d’autre entre temps ..-

la première tiré d’un très bel ouvrage d’anatomie de la bibliothèque scientifique

si on bouche l’oreille d’un chaton pendant les trois premiers jours de sa vie, eh bien il sera sourd de cette oreille toute sa vie…

autant dire alibi génétique mon cuklux et vive l’expérience !

ensuite : anatomie de l’oreille : souvent oubliée pour sa protection instantanée, il existe une soupape juste au niveau de la cavité du tympan, qui communique avec la trompe d’Eustache, on l’ouvre en ouvrant la bouche ou en se situant dans un état proche du baillement , – bref ça peut assez vite être conscient .. – ; du coup lorsque elle est ouverte il ne peut y avoir de surpression sur le tympan , magique !

(appris en Espagne lors de la pétarade d’un village = des centaines de sacs de poudre à faire frapper l’air ambiant : mon ami ;=! « te bouche pas les oreilles, ouvre la bouche  » )

en troize : une étude sérieuse sur les acouphènes qui donne une bonne idée du pouvoir de la zone de stockage psychoneuronale

puisque le seul moyen d’atténuer des acouphènes est de stimuler très finement les fréquences juste alentours pour ramener le pic à la raison à l’aide d’une brave cloche gaussienne

- il est bien sûr possible puisque c’est au niveau de l’ »idée » de la hauteur que celà se joue, de stimuler par la pensée ces hauteurs adjacentes en balayant finement – amis de l’électroacoustique .. – pour obtenir le même effet ; je l’utilise derechef même pour atténuer des bruits de fonds parasites le soir de la sortie d’un concert un peu fort ..-

du coup on peut imaginer que chacun a dans sa pensée une espèce de peigne modulé en continu ; avec les préférences statistiques des réseaux labiles de la pensée en constante reconnection, des affects qui se chamboulent psychanalytiquement à la Mahlérienne

et aussi du coup des univers musicaux cartographiés en trois D comme dendrites sur la petite mythologie plus ou moins archaïquement symbolisée de chacun .. ami compositeur ..

celà dit j’ai bien peur que le spectre psychoacoustique modèle de notre société ne soit celui du code barre (en abscisse les fréquences en ordonnée leur amplitude, peut éventuellement s’étendre à tous les sens, exhausteurs et autres piments cathodiques bien à vous ..)

d’ailleurs,

pour finir, ne jamais oublier que la transformée de Fourier du nom du mathématicien qui transforme un objet complexe en ses harmoniques différenciées est commune à tous les sens : vue, toucher enfin tous !

et surtout l’ouïe qui est le seul de ces sens où cette décomposition peut être consciente et sensible

le son est le seul élément qui puisse la révéler .. et c’est une grande chance pour la musique ..

Pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Note: Vous pouvez utiliser XHTML basic dans votre commentaire. Votre adresse courriel ne sera jamais publiée.

Vous abonner à ce fil de commentaires via RSS

Current day month ye@r *