Retour de Chansons / Elena Andreyev

2012 novembre 1
Par Philippe BECK

Accéder aux articles de → La poésie qui vient / Philippe Beck

.

retour Retour de Chansons / Elena Andreyev.

.

.

.

.
.


Entrons dans cette idée tremblante,

Contact phrasé loin de vous.

.

Phrase d’amour aux contours gélatine :

Cet arbre étiré sait parler de coings.

.

Prophéties, nous n’en voulons pas : c’est maintenant -

Complot non plus, c’est de toutes façons.

.

Noir, volontiers, si c’est un bon chien.

Histoire = on réessaye tout de suite.

.

La solitude en son tube clame « liberté! »

Et moi sans gants, sans bonnet, sans rien.

.

Vie au grand coeur -

Boxeur féminin pur.

.

.

.

.

.

Entrons dans la journée désastreuse

Elle ne pèse rien, elle dort -

Très gris ne passe pas

Retourne pour nous son poids

.

Oreille architecte

Percée

Précisément

En contact

Comme

Lilas avec clématite

.

Le matériel :

Opiniâtreté en bas âge

Prétention verte, sève à volonté

Phare aussi, exigu et courageux

Hors-cadre malgré bonne recette au beurre noir

.
.

.
.

.

.

Il n’y a pas tant de portes -

Fragmentation can be fat

And possibly untrue :

Le même vase still life.

.

En gare, au conservatoire, en religion

Many hours at the bar, le son rien à voir,

Parallèle et rien-à-voir.

.

Noir et blanc odorant

S’échappe d’un

Croustillant souvenir d’enfance

.
.
.
.
.
.
.
.

Solitude derrière volets se prépare

Cliquetis, armures enfilées,

Lances, marteaux, affinités cartographiées

Vacarme d’ailes

Forge = Aérodrome de poètes

.

On entre saisir votre beauté

Notre équipe de coquelicots se charge des démarches

.

Lambeau d’écaille sapin

Chanson velours

Echappée de son bosquet

Tant de roses !

.

On en revient à cette histoire de matériel.

.
.
.
.
.
.
.
.
Pas de porte à proprement parler

Aucune totalité n’est poétique -

Résonance extrême et granulée

Présence au vent

Sous-bois, tu reconnais l’odeur ?

.

.
.
.
.
.
.
.
.

  1. 2012 novembre 9
    denis hamel permalink

    [ Aucune totalité n’est poétique ]

    la totalité de la poésie est un arrière-monde

    ( pour florian et pierre )

    la totalité de la poésie est un arrière-monde
    nous sommes les prêtres de cette religion nouvelle
    la très sainte codéine est notre dieu
    nous sommes dans le vieux verger sans âge

    exhalaisons de terre sueur fruits pourris
    entrent en contact avec nos âmes transfigurées
    oh tourbe végétale dans tes méandres sacrés
    les herbes folles cavalent comme des lézards

    décharges électriques dans un cerveau drogué
    l’existence charrie son lot de souffrances
    le cerveau construit son vocabulaire
    l’oeil se voit lui même dans un miroir liquide

    trois hommes vêtus de robes noires attendent
    trois arbres puisent la colère de la terre
    leurs branches forment un réseau de significations
    la totalité de la poésie est un arrière-monde

    *

Laisser une réponse

Note: Vous pouvez utiliser XHTML basic dans votre commentaire. Votre adresse courriel ne sera jamais publiée.

Vous abonner à ce fil de commentaires via RSS

Current day month ye@r *