La richesse, la valeur et l’inestimable, par Jean-Marie Harribey

2013 avril 29
Par Tropiques

Accéder aux articles de → Revue Tropiques, Vidéo Tropiques

Jean-Marie Harribey fait la scrupuleuse démonstration de l’inconsistance des « rénovateurs » écologistes, keynésiens et autres néo-classiques, prétendant remplacer ou invalider la théorie marxiste de la valeur.

Mais après cette magnifique démonstration, on est en droit de se demander à quoi l’écologie peut bien encore servir. Les ressources sont limitées ? C’est le vieux problème malthusien, auquel Darwin et Marx avaient déjà parfaitement répondu, y compris dans sa dimension essentielle : la croissance démographique. Jamais la critique de l’économie politique de Marx ne s’est fondée sur l’hypothèse de ressources et d’une croissance infinie. Alors quel peut bien être l’apport théorique ou même heuristique des truismes écologistes déjà disqualifiés depuis plus de 150 ans ? Sinon dédouaner le capitalisme des limites internes que révèle avec de plus en plus d’acuité le développement de sa contradiction fondamentale : la « bonne vieille » baisse tendancielle du taux de profit…

Revue Tropiques

Débat avec Bernard Friot et Dominique Pagani

 

Revue Tropiques : agenda et éditions

La librairie du village : 63 Rue Raymond Losserand, Paris 14ème, M° Pernety

 La richesse, la valeur et linestimable, par Jean Marie Harribey

 

 

Pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Note: Vous pouvez utiliser XHTML basic dans votre commentaire. Votre adresse courriel ne sera jamais publiée.

Vous abonner à ce fil de commentaires via RSS

Current day month ye@r *