Rousseau et l’universel concret : Yves Vargas, Barbara de Negroni, Dominique Pagani

Marx concluait un de ses plus notoires « manuscrits de jeunesse » par un hommage explicite à Jean-jacques Rousseau :

« Mais la liberté de l’homme égoïste et la reconnaissance de cette liberté est plutôt la reconnaissance du mouvement effréné des éléments spirituels et matériels, qui en constituent la vie.

L’homme ne fut donc pas émancipé de la religion; il reçut la liberté religieuse. Il ne fut pas émancipé de la propriété; il reçut la liberté de la propriété. Il ne fut pas émancipé de l’égoïsme de l’industrie; il reçut la liberté de l’industrie. […]

Enfin, l’homme tel qu’il est, membre de la société bourgeoise, est considéré comme l’homme proprement dit, l’homme par opposition au citoyen, parce que c’est l’homme dans son existence immédiate, sensi­ble et individuelle, tandis que l’homme politique n’est que l’homme abstrait, artificiel, l’homme en tant que personne allégorique, morale. L’homme véritable, on ne le reconnaît d’abord que sous la forme de l’individu égoïste, et l’homme réel sous la forme du citoyen abstrait.

Cette abstraction de l’homme politique, Rousseau nous la dépeint excellemment : « Celui qui ose entreprendre d’instituer un peuple doit se sentir en état de changer, pour ainsi dire, la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-même est un tout parfait et solidaire en partie d’un plus grand tout, dont cet individu reçoive, en quelque sorte, sa vie et son être, de substituer une existence partielle et morale à l’existence physique et indépendante. Il faut qu’il ôte à l’homme ses forces propres pour lui en donner qui lui soient étrangères et dont il ne puisse faire usage sans le secours d’autrui. » (Contrat social, livre II.)

Toute émancipation n’est que la réduction, du monde humain, des rapports, à l’homme lui-même.

L’émancipation politique, c’est la réduction de l’homme d’une part au membre de la société bourgeoise, à l’individu égoïste et indépendant, et d’autre part au citoyen, à la personne morale.

L’émancipation humaine n’est réalisée que lorsque l’homme a reconnu et organisé ses forces propres comme forces sociales et ne sépare donc plus de lui la force sociale sous la forme de la force politique. »

Principal inspirateur de Hegel et de Marx, Rousseau « le rêveur solitaire » fut bien la source théorique dialectique et politique qui permit dès la révolution française de dépasser concrètement les contradictions que les libéraux convoquent dans le rapport de l’individu et du collectif, de la liberté et de l’égalité, du particulier et de l’universel, bref d’assumer et donner un sens ( de progrès) à « ce long passage de l’état de nature à l’état civil ».

C’est ce qui fut encore en débat avec Barbara De Negroni, Dominique Pagani et Yves Vargas.

Revue Tropiques

La librairie du village : 63 Rue Raymond Losserand, Paris 14ème, M° Pernety

Articles Similaires

Commentaires

Tendances

Une offrande de Edward Perraud

Rendez-vous du 27 oct au 10 novembre 2016, tous les jours à partir de 20h, pour écouter le programme de EDWARD PERRAUD. http://synradio.fr/edward-perraud-sur-websynradio/ COMME UNE OFFRANDE Pour...

GRAHAM DUNNING sur webSYNradio

Rendez-vous du 16 février au 1er mars sur webSYNradio pour écouter le programme de Graham Dunning. http://synradio.fr/graham-dunning-playlist-noise-dirt-dust/ A PLAYLIST : NOISE, DIRT, DUST OR DECAY avec les...

LA COSA PRECIOZA

Rendez-vous du 22 février au 7 mars sur webSYNradio pour écouter le programme de La Cosa Preziosa. http://synradio.fr/la-cosa-precioza/ DRIFT Une anthologie de courtes pièces sonores de La...