Projet d’œuvre déclinée

Un gisant pour Newton

 

 

Le projet que Franck Fontaine présente ici a été rédigé sur la base d’une suite de projets anciennement réalisés, dont il retrace brièvement l’historique. Cette suite de projets constitue la perpétuelle reformulation d’une même recherche.

 

Cette recherche, s’inscrivant dans la droite lignée des avant-gardes modernes et de l’abstraction géométrique, tente d’établir un lien entre la présence structurante des axes verticaux et horizontaux dans l’espace urbain, l’espace textuel et plus généralement dans le langage ; rattachant cette passion de l’orthogonalité à l’histoire du rationalisme occidental, d’où le titre.

 

Les propositions de projets qui en découlent s’enchaînent sur le mode d’un effacement progressif. Une volonté de réduire les propositions aux principes essentiels qui les portent, conduit l’artiste à envisager des mises en formes toujours plus elliptiques, jusqu’à quasi disparition des éléments qui permettent de comprendre la démarche. L’œuvre n’est alors lisible qu’au regard de l’ensemble du processus.

 

L’écriture des projets, envisagée sur le mode d’un palimpseste, le processus de réécriture vise la perfection impossible des formules mathématiques, aboutissant à des formes fragmentaires, des signes linguistiques résiduels. Franck Fontaine nous donne ainsi à déchiffrer une œuvre en nous proposant de remonter au premier projet et, passant par toutes ses déclinaisons, à voir comment elle en vient à exister au travers de son seul énoncé, énoncé lui-même réduit dans l’exercice de la réécriture.

 

 

 

Projet d’œuvre déclinée

Un gisant pour Newton